Demandez à quiconque a déjà été sur l’Etna quel était son endroit préféré. La réponse sera probablement: les cratères Silvestri, les vues depuis le refuge Citelli, les pistes de ski de Piano Provenzana. Très peu diront qu’ils ont adoré le côté ouest du volcan. Le côté de Bronte, Adrano, Maletto. Pas de pistes de ski, de ce côté, pas de vue panoramique sur la côte. Les cratères supérieurs ne ressemblent pas à de vrais cratères, vus sous cet angle. Mais ça c’est la partie la plus charmante de l’Etna.

Ouest sauvage du mont Etna

“L’Ouest sauvage” de l’Etna est le côté le plus mystérieux et le plus beau du volcan. Précisément parce qu’il est moins urbanisé, il présente les paysages naturels les plus authentiques, libres et sauvages de tout le corps montagnard. Des coulées de lave anciennes “en forme de corde”, des bois de genêt qui entourent des cratères centenaires, des sources d’eau qui coulent sur la surface rocheuse par dizaines (“favare”) …. Tous ces environnements sont presque inexplorés. Seulement les vrais amateurs de trekking et de randonnées en montagne les connaissent et les apprécient.

Et ce n’est que récemment que les autorités se rendent compte que le tourisme de masse pourrait redécouvrir ce côté de l’Etna, jusqu’alors fermé par les portes des Gardes Forestiers à des fins de protection. Et c’est peut-être précisément cet excès de sécurité qui a préservé le paysage même de la surexploitation. Le projet du tourisme contrôlé doit cependant être pris en considération. Cela ouvrirait les portes à une nouvelle façon de voir le grand volcan.

 

Les cratères De Fiore

Le flanc ouest est parsemé de petits cônes, d’anciennes bouches qui ont été les protagonistes d’éruptions uniques et anormales. Les plus jeunes sont les cratères De Fiore, qui se sont formés à l’hiver 1974. Le 30 janvier de la même année, de spectaculaires fontaines de lave ont émergé d’une fracture à basse altitude. Elles ont généré le cratère De Fiore 1 en deux semaines. L’éruption s’est terminée le 17 février. Moins d’un mois plus tard, cependant, une nouvelle a commencé.

Le 11 mars, un deuxième évent éruptif – De Fiore 2 – s’est ouvert à 200 mètres à l’ouest du premier. De la même manière, le deuxième cratère s’est formé et à la fin de cette autre éruption, le 29 mars 1974, leetna l'ouest2 paysage du flanc ouest avait complètement changé.

Ce qui rend les De Fiore intéressant, c’est la nature du matériau en éruption, sur lequel la végétation pousse à nouveau aujourd’hui. Il s’agit en fait d’un type de lave différent de celui Etnean habituel. Comme s’il s’agissait d’un mélange anormal provenant de nouvelles profondeurs.

 

Les sources et les eaux du flanc ouest

Les soi-disant «favare» montent entre les communes de Maletto et Bronte, le long d’une ancienne coulée de lave du 16me siècle. Ce sont des sources d’eau douce qui remontent à la surface au point de rencontre entre deux failles. Elles coulent à travers les roches formant des dizaines de ruisseaux. Au printemps, elles sont plus évidents et créent un paysage de rêve, plein de fleurs et de couleurs. Le mot favara vient de l’arabe “al fawwra”, ou “la source”.

À une quinzaine de minutes en voiture de la favara se trouve le lac Gurrida, né d’une ancienne coulée de lave qui faisait barrière au fleuve Flascio. Ce barrage naturel est encore visible aujourd’hui. En hiver, lorsque la rivière est pleine, l’eau du lac se déverse dans les vignobles voisins créant un marécage spectaculaire et étendu.

Les Forre del Simeto sont également spectaculaires – mais peu accessibles sans un bon guide naturaliste. Ces gorges de lave dans lesquelles la célèbre rivière sicilienne coule profondément, ressemblent beaucoup aux gorges de l’Alcantara, mais plus sauvages.

 

Les éruptions vues du flanc ouest

etna l'ouest3Le mont Etna, du côté ouest, ne semble pas imposant. Et les éruptions ici sont rarement admirées parce que le cratère le plus actif du Sud-Est est du côté opposé. Mais quand le cratère Central entre en service, ce que l’on voit très bien d’ici avec ses gigantesques fontaines de lave, le spectacle est garanti.

La perspective, entre autres, fait apparaître les villes très près du cratère (comme montre la photo de côté, par Marisa Liotta). Mais en réalité, ils sont à environ 30 km de là. Ainsi, la sensation de danger est constante et l’effet, lors des fontaines de lave les plus spectaculaires, est vraiment à couper le souffle. Tout cela, cependant, en toute sécurité. Une émotion à essayer.

 

Les villes de l’Ouest

Pour ceux qui aiment l’art et l’histoire sicilienne, le côté ouest offre un itinéraire urbain tout aussi intéressant. Une visite à Bronte, Adrano et Biancavilla vous permettra pas seulement d’admirer de belles vues médiévales mais aussi de déguster des produits DOC de la région de l’Etna. À Bronte, en plus de la dégustation obligatoire des délicieuses pistaches, il y a beaucoup à visiter. Le château de Nelson, le sanctuaire de l’Annunziata, les couvents des frères franciscains, l’église de la Sainte-Trinité et celle de Saint-Sébastien.

Adrano et son centre historique monumental (monastère de Santa Lucia, château normand, palais Bianchi) sont la preuve de la façon dont la pierre noire de l’Etna peut créer des merveilles architecturales. Un baroque très beau et peu connu est ce qui rend le centre historique de Biancavilla élégant. La petite ville de Maniace partage le renommée château de Nelson et de sa chapelle normande avec Bronte. Enfin, aussi une visite à Maletto, capitale du village médiéval de la fraise sicilienne. La petite ville est également parsemée de belles églises du 17me siècle. (photos de Marisa Liotta et Grazia Musumeci)


Autore: Grazia Musumeci


Airport Transfers