L’Etna est un jeune volcan, on pourrait dire “adolescent”. Sa vie a été encore courte, selon les canons de la volcanologie. Pourtant, malgré son histoire récente, il a déjà vécu des événements importants. Peut-être le plus important de tous était l’effondrement du Grand Volcan qui a partiellement généré la forme actuelle de l’Etna. C’est à dire, la forme qui peut être admirée en particulier du côté est.

L’Etna n’est pas en réalité un volcan mais un “système volcanique”. Un système qui s’est développé à différentes époques et de différentes manières. Généré par une série d’éruptions sous-marines il y a plus de 600 000 ans, il a rempli de ses matériaux et de son volume ce qui était autrefois un énorme golfe. Sous ces eaux, les deux grandes masses de plaques africaines et eurasiennes s’affrontaient déjà.

 Quand l’Etna était Trifoglietto

La première forme du mont Etna était celle d’un volcan à trois pointes, le Trifoglietto. Un volcan d’explosions violentes et imprévisibles, très dangereux pour la faune de cette “île” d’alors. L’un des trois sommets était Monte Calanna. Ce volcan a rapidement cessé son activité et émerge aujourd’hui en partie d’un coin de la vallée del Bove. Le Trifoglietto était actif il y a environ 80 000 ans.

Une fois l’activité de cet appareil épuisée, le magma a creusé de nouveaux conduits vers l’ouest formant un nouveau système éruptif, Trifoglietto II. Le volcan était en activité jusqu’à il y a environ 55000 ans. Puis il s’est effondré et a bloqué les conduits volcaniques. Cela a fait arrêter les éruptions pendant des siècles.

Le grand volcan Elliptique

Après une période de calme de 20 000 ans, la lave a trouvé un nouveau chemin vers la surface. Elle a ouvert un nouveau cratère, dont les puissantes éruptions se sont poursuivies pendant des années. Bientôt, il avait construit un grand sommet, tout autour. Étant donné la forme elliptique  nous nous en souvenons sous le nom de cratère elliptique. L’Elliptique est devenu l’un des plus hauts Le grand volcan2volcans de l’histoire, atteignant 4000 mètres de hauteur. S’on l’avait vu alors, l’Etna serait apparu parfaitement triangulaire et avec un seul cratère sur le sommet pointu.

Bien que ce ne soit qu’une hypothèse, réalisée par le volcanologue allemand Sartorius Von Waltershausen, certaines découvertes suggèrent qu’il existait vraiment un grand volcan. Son effondrement il y a environ 15 000 ans pourrait être à l’origine d’une série de terribles glissements de terrain qui ont divisé le flanc oriental. C’est ainsi que la vallée del Bove s’est formée. Une longue traînée de débris, en effet, forme la crête sur laquelle se dresse la ville de Milo et monte jusqu’à la côte. Une rivière de rocher gigantesque qui fait seulement imaginer l’immensité de cet effondrement.

Si vous marchez sous l’escarpement de Praiola, près de Riposto, vous comprendrez mieux le grand événement. Un mur très haut, le Chiancone, emprisonne les roches et les sédiments des sols anciens dans une croûte de lave. Tout ça s’effrite progressivement formant la plage caillouteuse à son pied. Beaucoup de ces pierres sont des vestiges du Grand Volcan. Même les murs des gorges de l’Alcantara nous parlent de cet appareil. Ils sont en fait le résultat d’une grande éruption latérale produite par l’un de ses évents.

Après l’Elliptique

Après l’effondrement de l’Elliptique et la formation de la vallée del Bove, l’activité volcanique s’est stabilisée depuis très longtemps. Le sommet appelé Mongibello a été pendant des siècles le seul cratère de l’Etna. Ce n’est qu’au cours des trois derniers siècles que de nouveaux cratères sont apparus tout autour. Il y en a cinq en ce moment.

Cela suggère que la lave est toujours “mal à l’aise” et cherche d’autres voies de sortie. Peut-être à l’ouest, comme le montrent les dernières éruptions à l’intérieur du Voragine (2019-2020). Ou même au nord, comme le raconte le mouvement de la faille Pernicana à Linguaglossa. La vérité est que l’Etna est toujours en cours de transformation et nous donnera toujours des spectacles de feu imprévisibles, beaux – et terribles.


Autore: Grazia Musumeci


Airport Transfers