Randazzo est l’une des villes les plus fascinantes autour de l’Etna. Aujourd’hui encore, elle montre aux touristes son precieux patrimoine historique et artistique datant de l’an 1000. La ville était en effet une colonie de populations en fuite qui ont apporté leur culture ici.

De nos jours, la ville est divisée en quartiers – le quartier grec, le quartier latin, le quartier Longobard – qui rappellent ces témoignages avec palais, arches, églises et  monuments. Pourtant, tout cela risquait de se terminer en moins d’une semaine, lorsqu’en 1981 une éruption latérale de l’Etna a fendu le sol à quelques kilomètres de Randazzo et expulsé des rivières de lave qui se dirigeaient vers la ville.

17 mars 1981

Après plus d’un mois de petits événements sismiques enregistrés en permanence entre la zone sommitale de l’Etna et le flanc nord-ouest, à l’heure du déjeuner le 17 mars 1981, une faille a fendu le sol à 2600 mètres, près du mont Spagnolo sur le versant nord. La lave a commencé à couler presque immédiatement, très fluide. Elle a rencontré la neige qui n’avait pas encore fondu à cette époque de l’année, provoquant de violentes explosions qui ont choqué les habitants de Randazzo. Entre 14 heures et 18 heures, d’autres fractures se sont ouvertes sur la même ligne et d’autres branches de lave ont commencé à descendre dans la vallée, en direction du village de Montelaguardia, pas loin du centre de Randazzo.

Une évacuation rapide

RANDAZZO eruption lateraleAprès seulement 24 heures, la coulée de lave avait déjà chuté de plus de 1000 mètres, atteignant une zone où de nouvelles fractures se sont ouvertes aussi. D’autres rivières de lave se sont déversé  encore plus rapidement  en direction Randazzo. Un plan d’évacuation avec camions et camping-cars a été organisé en un temps record pour venir en aide à la population des premières zones de Randazzo qui risquait d’être submergée par l’éruption.

Cependant, il n’était pas nécessaire de l’appliquer, car la lave avait perdu de l’énergie une fois qu’elle avait atteint la zone plate – malheureusement riche en vignobles, qui ont tous été détruits! – entre Randazzo et Montelaguardia. La rivière de feu a également atteint les rives de la rivière Alcantara. S’il y avait été canalisé, il aurait provoqué une grave explosion au contact de l’eau et aurait également pu effacer  la belle rivière qui se jette dans les fameuses gorges.

Après la fin de la charge éruptive, la lave s’est arrêtée avant d’envahir le lit d’Alcantara. Environ 30 millions de mètres cubes de matériel ont été émis mais Randazzo, à l’exception de quelques maisons de campagne dans la périphérie, n’a pas été touché.

Le danger des éruptions latérales

L’Etna est un volcan perpétuellement actif. Et ça  signifie qu’en dépit d’avoir au moins cinq cratères fonctionnels au sommet, il n’est pas toujours possible de s’en débarrasser pour l’énorme quantité de lave qui monte à l’intérieur. Le volcan, entre autres, se lève sur des couches de matériaux différents, certains plus durs nés de ses propres éruptions et d’autres faits de sol argileux. Il est donc facile que son immense corps se fracture et, là où le magma pousse contre la roche, des conduits anormaux à basse altitude s’ouvrent.

C’est pourquoi l’INGV de Catane surveille également le chemin des laves souterraines avec des photocaméras thermiques et les signaux du tremblement volcanique sont enregistrés en permanence. Malheureusement, nous ne pouvons pas prédire où et quand une éruption latérale peut commencer. Mais nous pouvons maintenir l’alerte élevée en percevant les premiers signaux anormaux.

Plus tard, la protection civile peut être appelée bien à l’avance afin de sauver toute population en danger et d’éviter les pires événements. Les habitants du volcan, cependant, savent qu’ils vivent au contact d’une montagne “spéciale”. Tout le monde est prêt, mentalement, à vivre avec le risque d’une terre autrement si belle!


Autore: Grazia Musumeci


Airport Transfers