Nicolosi et ses Montagnes Rouges



Une ville et le volcan étroitement liés, pour le meilleur ou pour le pire, à la vie et à la mort et au retour à la vie. Voici un résumé de l’histoire de Nicolosi et de ses “Monti Rossi” (les montagnes rouges), les cônes qui ont déterminé à la fois la terrible éruption qui a bouleversé ce côté de l’Etna et la beauté naturelle que nous pouvons admirer aujourd’hui.

Comme Zafferana, Bronte et Linguaglossa, Nicolosi représente également une “porte” sur la grande montagne. En fait, à partir de Nicolosi, vous montez le long du côté sud du volcan et de cette municipalité font également partie des installations touristiques qui gravitent autour du téléphérique et des “stations de ski les plus au sud de l’Europe”.

La ville des moines transformé par la lave

Nicolosi doit son origine et son nom au monastère de Saint-Nicolas, communauté bénédictine grandiose et puissante construite sur ces collines au 14me siècle (année 1359) autour du refuge pour vieux moines recherché par la reine Eleonora d’Angiò. Le village a été construit autour du monastère et en dépendait presque entièrement. Malheureusement, la cohabitation avec le volcan n’était pas facile.

Une première éruption menaçait la ville en 1408. Une seconde un peu plus d’un siècle plus tard (1536), suivie d’un tremblement de terre et de deux autres événements éruptifs au cours des dix années suivantes, força les moines à abandonner le monastère et à s’installer à Catane. Cependant, la ville continua à se développer jusqu’au grand désastre de 1669.

Précédé par un violent tremblement de terre, le 8 mars, la terre s’éclatait juste au-dessus de Nicolosi. Une éruption qui devait durer quatre mois et se terminerait le 11 juillet 1669. La lave détruisit l’ancienne maison de Mompilieri, l’ancien monastère de Saint-Nicolas et arrivera à Catane ou elle  touchera même le nouveau monastère bénédictin, construit par les moines qui s’étaient enfui de Nicolosi.

Plus tard, la ville renaît sur ses propres cendres, vivant de l’agriculture puis du tourisme, en fournissant aux visiteurs des itinéraires et des guides pour monter au sommet de l’Etna.

Choses à voir à Nicolosi

Nicolosi montagnes rouges2Si vous vous installez à Nicolosi pour vos vacances sur l’Etna, n’oubliez pas d’admirer cette petite ville qui a l’air propre, bien rangée, décorée dans un style «alpin» et riche en parcs et en bois. Parmi les lieux à visiter: l’église principale du Saint-Esprit, reconstruite au 18me siècle dans un style baroque; l’église de la Madonna del Carmelo située au sommet d’un escalier panoramique dans la partie la plus ancienne de la ville; les vestiges du monastère de Saint-Nicolas qui est aujourd’hui le siège du Parc Regional de l’Etna.

Plus à voir à Nicolosi: l’intéressant musée de la civilisation rurale et le musée consacré à l’Etna et à ses éruptions. En dehors de la ville, il y a des lieux d’un grand intérêt: l’église de Mompilieri qui conserve, au sous-sol, les vestiges de l’ancien bâtiment encore submergé par les rochers de l’ancienne coulée de lave de 1669 et les pinèdes des Monti Rossi, une vaste parc de banlieue qui offre détente et air frais les jours d’été et lieux de loisirs à tout moment.

Monti Rossi

Ce nom – “montagnes rouges” – faisant clairement référence à la couleur de la lave, indique les cônes jumeaux formés sur la fracture qui s’est ouverte sur le flanc sud de l’Etna le 8 mars 1669. En quatre mois, la lave descendit d’une altitude de 850 mètres au-dessus du niveau de la mer jusqu’à la côte de Catane, détruisant villages et campagnes, enterrant la rivière Amenano et entourant le château d’Ursino qui faisait face à la mer à l’époque . La coulée de lave, haute de 25 mètres, a apporté à la surface 950 millions de mètres cubes de matériaux qui ont changé  la géographie de la zone sud de l’Etna.

De nombreuses personnes originaires de Nicolosi qui avaient cherché refuge du tremblement de terre dans la campagne ont dû fuir à nouveau lorsque la lave est arrivée, beaucoup de maisons, de biens et de membres de leur famille ont été perdus.

Pendant de nombreuses années, les Monti Rossi ont également été appelés “les montagnes de la ruine” en souvenir de la ruine et du désespoir qu’ils ont amenés. Aujourd’hui, tous deux couverts d’une magnifique pinède, ils constituent plutôt un lieu d’accueil pour les familles et les groupes à la recherche de moments de détente en pleine nature. (photos: Giuseppe ME – sous le titre – et Nicolosietna)


L'auteur: Grazia Musumeci